Michel TOYER aurait voulu être architecte. Il est devenu géologue… mais il ne l’a pas regretté. Après quelques années de baroud africain, parcourant pistes et forêts, ergs et savanes, il s’est converti aux sciences du bâtiment pour devenir enfin Directeur des Achats.
Cette diversité d’activités et d’intérêts a pu être conciliée de façon heureuse qu’avec ses deux passions : les arts plastiques et la littérature qui l’ont toujours accompagné.

Ainsi Michel TOYER n’a pas suivi d’études artistiques dans une école spécialisée et n’a donc pas de «diplôme d’artiste». Mais comme pour certains, l’école de la vie, c’est l’école de la rue, pour lui, l’école de l’art a toujours été le musée, la galerie, l’académie-atelier libre et l’écoute attentive.

Il a participé à plus d’une soixantaine d’expositions de groupe et à des salons auxquels il a plusieurs fois été invité d’honneur ; et il compte plus d’une quinzaine d’expositions particulières à Paris, en province et à l’étranger.

Sociétaire des Indépendants, il préfère l’estime des amateurs aux récompenses honorifiques. Rappelons toutefois son prix de New-York, plusieurs prix de l’Académie Européenne des Arts, la médaille de vermeil Arts Sciences Lettres…
De nombreuses œuvres sont dans des collections privées en France naturellement mais aussi en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, en Autriche…

Il fréquente également des clubs de poètes qui offrent des rencontres. Il a été aussi Secrétaire général du Conservatoire de la Poésie Classique Française qui a disparu. Il est aussi critique de recueils pour la revue « Les Céphéides ».

Il a écrit un roman drolatique qui n’a pas encore trouvé d’éditeur malgré des qualités indéniables. Il a publié dans diverses revues, un ouvrage sur les rapports entre science et poésie publié par l’École des Mines et en autoédition un recueil de poèmes : « Au bord du temps qui passe » dont on trouvera quelques extraits dans les pages accessibles par le menu.

Michel TOYER aurait voulu être architecte. Il est devenu géologue… mais il ne l’a pas regretté. Après quelques années de baroud africain, parcourant pistes et forêts, ergs et savanes, il s’est converti aux sciences du bâtiment pour devenir enfin Directeur des Achats.

Cette diversité d’activités et d’intérêts a pu être conciliée de façon heureuse qu’avec ses deux passions : les arts plastiques et la littérature qui l’ont toujours accompagné.

Ainsi Michel TOYER n’a pas suivi d’études artistiques dans une école spécialisée et n’a donc pas de «diplôme d’artiste». Mais comme pour certains, l’école de la vie, c’est l’école de la rue, pour lui, l’école de l’art a toujours été le musée, la galerie, l’académie-atelier libre et l’écoute attentive.

Il a participé à plus d’une soixantaine d’expositions de groupe et à des salons auxquels il a plusieurs fois été invité d’honneur ; et il compte plus d’une quinzaine d’expositions particulières à Paris, en province et à l’étranger.

Sociétaire des Indépendants, il préfère l’estime des amateurs aux récompenses honorifiques. Rappelons toutefois son prix de New-York, plusieurs prix de l’Académie Européenne des Arts, la médaille de vermeil Arts Sciences Lettres…
De nombreuses œuvres sont dans des collections privées en France naturellement mais aussi en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis, en Autriche…

Il fréquente également des clubs de poètes qui offrent des rencontres. Il a été aussi Secrétaire général du Conservatoire de la Poésie Classique Française qui a disparu. Il est aussi critique de recueils pour la revue « Les Céphéides ».

Il a créé la « collection de l’Écureuil » où il publie ses poêmes et accueille des amis poètes et conteurs.

Il a écrit un roman drolatique et un essai sur les rapports entre Science et Poésie qui n’ont pas encore trouvé d’éditeur malgré leurs qualités indéniables dans chacun de leur genre. Il a publié dans diverses revues, et en autoédition un recueil de poèmes : « Au bord du temps qui passe » dont on trouvera ci-dessous quelques extraits.

Il a publié « Quand les Poètes chantent la science », essai-anthologie sur les rapports entre Science et Poésie.

Enfin il a écrit deux romans et des nouvelles… qui attendent l’attention bienveillante d’un éditeur!

Ajoutons enfin que certains de ses poèmes ont inspiré une compositrice de grand talent , Bernadette Nicolas, qui a composé treize chansons à partir de ses poèmes ayant fait l’objet d’un « compact disc ».

Point d’orgue…
Poèmes de Michel Toyer,
Chants et guitare de Bernadette Nicolas

Autres informations …

Point d’orgue… (Cliquez pour afficher le contenu du CD)

Marquee Powered By Know How Media.